wrapper

Flash d'informations

Budget

Budget (30)

Monsieur le Conseiller résident d’AFRITAC Centre ; Monsieur l’Expert du Fonds Monétaire International ; Messieurs les Directeurs techniques ; Chers participants ; Mesdames et messieurs, Je voudrais tout d’abord, au nom du Ministre des Finances et du Budget, souhaiter au Conseiller résident d’AFRITAC Centre, Monsieur Séverin Yves Kamgna et à l’Expert du FMI, Monsieur Adrien Tenne , la bienvenue au Tchad. Par la même occasion, je tiens à remercier vivement le Directeur national de la Banque des états de l’Afrique centrale, Monsieur ANNOUR MAHAMAT HASSAN ainsi que son personnel, pour les facilités logistiques en mettant à notre disposition cette salle de formation pour la tenue de l’atelier national sur l’identification, le suivi et la gestion des risques budgétaires. Le présent atelier vise à former les participants sur les aspects conceptuels et les dispositifs institutionnels et pratiques d’identification, d’évaluation et de gestion des risques budgétaires. Notre pays, le Tchad, s’est résolument engagé dans le processus de réformes des finances publiques impulsées à l’échelle communautaire par l’adoption des différentes Directives du nouveau cadre harmonisé de la gestion des finances publiques. Ces Directives, dont la transposition s’est achevée en 2016, visent à améliorer davantage la transparence dans la gestion des finances publiques dans les Etats membres de la CEMAC, tout en adaptant au mieux leurs outils aux standards internationaux et aux bonnes pratiques en la matière. En particulier, en ce qui concerne le risque budgétaire, suite à l’atelier qui s’est tenu à Brazzaville du 27 au 31 août 2018 sur les risques budgétaires, le Ministère des Finances et du Budget a amélioré la qualité de la documentation budgétaire en intégrant pour la première fois dans le PLFI 2019 un rapport sur les risques budgétaires. Chers participants, Mesdames et messieurs, Au terme de 5 jours d’Atelier qui vont suivre, vous serez à mesure de :  Définir les risques budgétaires et reconnaître leurs principales caractéristiques ;  Initier un inventaire des risques budgétaires auxquels le pays peut être confronté, les évaluer et les classer en fonction de leur importance, et identifier les canaux de transmission vers le budget et la dette de l’Etat ;  Trouver des méthodes d'analyse des risques macroéconomiques et des risques provenant de sources particulières, comme les garanties de crédit de l'État, les administrations infranationales, les entreprises publiques, et les partenariats publics privés ;  Définir le format, les sources d’informations et les analyses du rapport sur les risques budgétaires ;  Et de déterminer les dispositifs institutionnels, administratifs et légaux nécessaires pour atténuer, suivre et gérer efficacement les risques budgétaires. C’est le lieu ici de se féliciter de l’appui constant de nos partenaires techniques et financiers qui accompagnent le Gouvernement de la République du Tchad dans divers domaines. Que le Fonds Monétaire International, à travers AFRITAC Centre, reçoive ici toute la gratitude du Gouvernement du Tchad pour l’assistance technique dans le cadre du présent atelier sur l’identification, le suivi et la gestion des risques budgétaires. Chers participants, Mesdames et messieurs, Je vous encourage à profiter au maximum des échanges durant ces cinq (05) jours de travaux sur l’identification, le suivi et la gestion des risques budgétaires afin qu’au sortir, vous soyez suffisamment outillés dans le traitement de cette problématique. Pour l’animation de cet atelier, vous avez des experts confirmés et je vous exhorte à tirer largement profit de leurs riches expériences. Chers experts formateurs, Permettez-moi d’ores et déjà de vous remercier de vous être rendus disponibles pour ces travaux et vous féliciter d’avance, car je sais pertinemment que vous ne ménagerez aucun effort pour faire profiter à ces différents cadres de nos administrations, de votre riche expérience en matière d’identification, de suivi et de gestion des risques budgétaires. Chers participants, Je ne saurais terminer mes propos sans citer l’adage « Gouverner, c’est prévoir » d’Émile de Girardin. Ainsi donc prévoir les risques budgétaires constitue le gage d’une meilleure gouvernance financière ainsi qu’une gestion prudente des finances publiques. Sur ce, mesdames et messieurs, je déclare ouvert l’atelier national sur l’identification, le suivi et la gestion des risques budgétaires. Je vous remercie pour votre aimable attention.

Les informaticiens du ministère des Finances et du Budget sont en atelier de formation depuis une semaine sur les fondamentaux et les outils Oracle. 12 informaticiens membres du groupe d’Adaptation du Système d’Information à la nouvelle Nomenclature Budgétaire (ASINBE) sont concernés par cette formation.

Elle intervient dans le cadre de la transposition des six (06) Directives du nouveau cadre harmonisé de la gestion des finances publiques (CHGFiP) de la zone CEMAC et en particulier la nouvelle Nomenclature Budgétaire de l’Etat (NBE). En effet, dans le cadre de l’adaptation du CID et du SIGASPE à la nouvelle NBE, il est utile de former les infor- maticiens sur le progiciel Oracle sur lequel sont basées les deux applications dédiées à la dépense.

La formation des informaticiens du ministère permettra de poursuivre les travaux d’adaptation en toute autonomie sans faire appel à l’expertise extérieure. Ils pourront entre autres assurer la maintenance du CID et du SIGASPE, répondre efficacement aux éventuelles préoccupations des utilisateurs et participer aux différents projets de développement et d’évolution des applications du Ministère.

Durant cet atelier, les informaticiens seront mis à niveau sur les outils de développement et de base de données ORACLE(PL SQL, FORMS et REPORTS). Plus spécifiquement, durant ces vingt 20, les informaticiens seront formés sur : i) les fondamentaux du langage SQL et PL/SQL ; ii) le développement des objets procéduraux basés (procédures, fonctions, packages ou déclencheurs de base de données) ; iii) le développement des formulaires et des menus avec oracle FORMS et enfin iv) développement d’états avec oracle REPORTS.

 

Dans le cadre de la promotion de la transparence budgétaire,   le Ministère des Finances et du Budget a élaboré et publié le Budget Citoyen afin de contribuer activement à l’institution de la nouvelle approche fondée sur la transparence et l’implication des citoyen dans la gestion des Finances Publiques. 

 

C’est au cours d’un atelier  organisé à l’hôtel Hilton ce jour 15 mars 2019 que le Ministre des Finances et du Budget Monsieur ALLALI MAHAMAT ABAKAR a lancé officiellement le budget citoyen 2019.  Le Directeur Général des Services du Budget Monsieur IDRISS IBRAHIM MAHAMAT ITNO a saisi l’occasion pour explique ce que c’est le budget citoyen.

 

Pour lui comme son nom l’indique, le budget citoyen est le budget de l’Etat présenté dans un langage facile et à la portée de tous les citoyens afin que le monde puisse comprendre de manière simple les choix du gouvernement avant de saluer la qualité du travail entièrement effectué par les cadres du ministère des finances et du budget.

L’ambassadeur chef de  la Délégation de l’Union Européenne Son Excellence  BERTRAND SORET a quant à lui félicite le gouvernement tchadien pour l’effort fournir afin de rendre accessible l’information budgétaire et promouvoir la participation citoyenne dans la gestion publique. A noter que l’Union Européenne assiste le gouvernement tchadien à travers le programme d’appui à la consolidation de l’Etat (ACET 2) non seulement à financer le budget mais à accélérer la réforme et la modernisation des finances publiques.

 

Le Ministre des Finances et du Budget Monsieur ALLALI MAHAMAT ABAKAR dans son discours de lancement a déclaré ceci : « La promotion de la transparence budgétaire s’intègre dans la vaste stratégie de réforme des finances publiques mis en œuvre depuis 2005 par le Gouvernement avec l’appui des partenaires techniques et financiers».

Cet atelier qui a pour objectif de présenter le budget citoyen 2019 illustre la ferme volonté du Gouvernement à la tête duquel son Excellence IDRISS DEBY ITNO, Président de la République Chef du Gouvernement à promouvoir la transparence budgétaire et la participation citoyenne en amont et en aval au processus budgétaire. En effet, en dépit de nombreux avantages de l’ouverture des données, force est de constater que le Tchad est mal classé dans la plupart des indicateurs internationaux relatifs à la transparence, tels que le classement Mo Ibrahim et l’Indicateur du Budget Ouvert de l’International Budget Partnership (IBP). Ainsi, dans le classement 2017 en matière de transparence budgétaire de l’IBP, le Tchad a obtenu le faible score de 2/100 contre une moyenne mondiale de 45/100 ».

 

Le Directeur Général du Ministère des Finances et du Budget Monsieur MAHAMAT SENOUSSI ZAKARIAa ouvert les travaux de l’atelier de formation et de sensibilisation sur le Débat d’Orientation Budgétaire, le 06 Février 2019 à l’Hôtel Hilton.

Cet atelier animé par Monsieur Daouda Kamono, Conseiller  régional en gestion des finances publiques  au pôle PNUD Dakar, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF). 

Il est prévu l’organisation d’un Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) préalablement  la préparation et l’élaboration du budget général de l’Etat. 

 

 L’objectif visé par cet atelier est de sensibiliser les acteurs publics et les organisations de la société civile impliqués dans le cadre de l’organisation du DOB. Il s’agit notamment de :

 

· Former les responsables des institutions publiques et des organisations de la société civile sur leurs rôles dans le cadre de la tenue du DOB ; 

· Adopter un chronogramme d’organisation et de déroulement du DOB.

 

Le Directeur Général des Services du Budget Monsieur IBRAHIM MAHAMAT IDRISS ITNO, dans son mot de bienvenue, a souligné que le Tchad s’est engagé depuis plus d’une décennie dans un processus de réforme de la gestion des finances publiques. C’est dans ce cadre qu’en 2014, la Loi organique n°004/PR/2014 relative aux lois de finances (LOLF) a été promulguée le 18 février. Cette Loi a pour ambition d’introduire dans le cadre de la gestion des finances publiques des réformes budgétaires. Ces changements concernent entre autres les outils, procédures et les contenus des documents budgétaires, etc.

 

C’est dans cet optique que la LOLF institue en amont du dépôt du projet de loi de finances de l’année, un Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) au cours duquel le Cadre Budgétaire à Moyen Terme (CBMT), accompagné des Cadres de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) tous deux adoptés en Conseil de ministres, est présenté aux parlementaires au plus tard le 30 juin de l’année civile. Ces documents offrent des indications au Parlement sur les choix et les objectifs du Gouvernement pour les trois prochaines années.

 

La représentante de l’UNICEF Dr VIVIANE VAN STEIRTEGHEM, félicite le Ministère des Finances et du Budget pour son leadership dans cette initiative en vue de la transparence budgétaire. Elle se réjouit de pouvoir s’associer et appuyer cette initiative. Car pour elle, l’UNICEF porte une attention particulière aux réformes budgétaires, à l’amélioration de la gestion des finances publiques et plus spécifiquement à une budgétisation publique sensible aux droits de l’enfant. Un budget public en adéquation avec les droits de l’enfant peut aider à améliorer l’équité en assurant l’inclusion des enfants, des femmes et des familles dans les processus de priorisation et l’allocution budgétaire, et à garantir les ressources suffisantes pour soutenir les investissements clés pour la promotion de l’éducation, de la santé, de la nutrition, et de la protection sociale, y compris en période de crise.

Le Directeur Général du Ministère des Finances et du Budget, en ouvrant les travaux de cet atelier souligne pour sa part que, le Débat d'Orientation Budgétaire (DOB) est une démarche interactive, qui découlent de la mise en œuvre de la loi de finances de février 2014 visantles finances publiques du Tchad. Pour lui, ce Débat est aussi un management basé sur la transparence budgétaire, la fiabilité et la stabilité du cadre macroéconomique. Pour ce faire, la LOLF instaure, préalablement au dépôt du projet de la Loi de finances de l'année, un  Débat d'Orientation Budgétaire qui permettra aux parlementaires de disposer d'indications précises relatives aux objectifs et choix contenus dans la programmation budgétaire du Gouvernement.

 

Pour finir, le Directeur Général du Ministère des Finances et du Budget exhorte les participants de suivre avec beaucoup d’intérêt les principales déclinaisons et différentes modules en vue d’appréhender  l’importance du Débat d’Orientation Budgétaire.

 

L’atelier a été organisé avec  l’appui technique et financier de l’Unicef Tchad

 

 

 

 

 

 

 

En prélude du lancement officiel de la plateforme mobile de contrôle citoyen de l’effectivité du personnel ensei- gnant, il s’est tenu du 03 au 06 janvier 2019 un atelier de validation des outils de sensibilisation et de formation sur le Contrôle Citoyen de l’Action Publique (CCAP) au Centre d’Accueil et de Formation (CAF) de Mara.

Il convient de rappeler que ce projet pilote intitulé « amélioration de la qualité des dépenses publiques d’éducation au Tchad par un contrôle citoyen de l’effectivité du personnel enseignant »,a été initié par l’Observatoire Tchadien des Finances Publiques (OTFiP) en partenariat avec la Direction des Ressources Humaines du Ministère de l’Education Nationale et de la Promotion Civi- que (DRH/MENPC) et avec l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).

Etaient présents à cet atelier, l’équipe technique de l’OTFiP, les représentants de la DRH/MENPC, le président de la Fédération Nationale des Associations des Parents d’E- lèves du Tchad (FENAPET) et le Secrétaire Général ad- joint du Syndicat des Enseignants du Tchad (SET), au total dix-huit (18) participants.

Cet atelier s’inscrit dans la suite logique de plusieurs acti- vités déjà réalisées depuis le début de la mise en œuvre du projet. Il s’agit de la présentation de l’approche du pro- jet aux acteurs impliqués au niveau central, la collecte des données sur les enseignants présents dans les deux zo- nes d’intervention du projet (provinces du Lac et Logone Oriental), la validation de la base de données du personnel enseignant lors d’un atelier et l’organisation d’une mission exploratoire dans les deux provinces.

L’objectif de cet atelier était de valider dizaine de documents qui devra servir à la sensibilisation et à la formation des Co- mités de Contrôle Citoyen (CCC) ainsi que des citoyens. Il s’agit de :

  •   manuel de formation sur le contrôle citoyen des enseignants ;

  •   règlement Intérieur des CCC ;

  •   modèle d’Arrêté préfectoral d’établissement des CCC ;

  •   dépliant sur le concept de CCAP ;

  •   dépliant sur le projet ;

  •   dépliant sur les CCC ;

  •   dépliant sur le fonctionnement de la plateforme mobile,

  •   message figurant sur le tee-shirt,

  •   message figurant sur les casquettes,

  •   message figurant sur les autocollants,

  •   scénarios de podcast audio et vidéo sur le

    contrôle citoyen des enseignants.

    Le Directeur Adjoint des Etudes et de la Prévision, représen- tant le coordonnateur de l’OTFiP a présidé les séances des travaux. Le Directeur Adjoint de l’Elaboration et du Suivi Budgétaire par ailleurs membre de l’équipe de l’observatoire a fait une brève présentation du projet aux participants. Il a justifié le bien fondé du projet partant du constat fait sur la gestion peu orthodoxe du personnel enseignant, c’est ainsi que les deux Ministères en charge de l’Education Nationale et des Finances s’accordent sur la mise en œuvre du projet, qui ayant pour principal objectif l’amélioration de la qualité des dépenses du personnel enseignant.

    Il s’en est suivi la présentation des documents de sensibili- sation et de formation des CCC dont une méthodologie a été proposée et acceptée par les participants. Cette métho- dologie consiste à lire attentivement ces documents afin d’intégrer les observations en plénière.

    A l’issue de cet atelier tous les documents ont été validés, et les participants ont remercié :

    • l’UNICEF d’avoir appuyé techniquement et financièrement la réalisation de cet atelier ;

    • -  les deux Ministères en charge de l’Education Nationale et des Finances pour cette initiative prise afin de s’assurer de la présence effective du personnel enseignant par un contrôle citoyen ;

    • - la Fédération Nationale des Associations des Parents d’Elèves du Tchad et le Syndicat des Enseignants du Tchad d’être partie prenante de cet atelier.
    • Ainsi, quelques recommandations ont été formulées à l’endroit des deux Ministères en charge de l’Education Nationale et des Finances et de l’UNICEF.
    • A l’UNICEF les participants recommandent de :
    •   appuyer la mise en place des Comités de Contrôle Citoyen dans les deux provinces d’intervention du projet ;
    •   appuyer les activités à venir de sensibilisation et de formation des citoyens et des membres de CCC ;
    •   organiser dans un bref délai le lancement officiel de la plateforme mobile du projet.

      Aux Ministères de l’Education Nationale et de la Promotion Civique et des Finances et du Budget de :

      - mettre en place les Comités de Contrôle Citoyen dans les différentes Communes des deux provin- ces ;assurer le suivi et évaluation réguliers de l’opérationnalisation des Comités de Contrôle Citoyen ;
      faire diffuser les spots radio et vidéo en français et en arabe tout en prenant en compte la pro- motion du bilinguisme ;
      faciliter le circuit des dossiers des actes de carrière (avancement, reclassement, titularisation, confirmation...) des enseignants exerçant dans les zones reculées du pays ;
      assurer la transmission régulière des actes de mutation de personnel enseignant des services déconcentrés vers la DRH/MENPC.

L’atelier de « FORMATION-ACTION A LA CONCEPTION DES CADRES DE DEPENSES A MOYEN TERME (CDMT) DES 10 MINISTERES SOCIAUX »  qui a débuté le 30 septembre 2018 a été clôturé le 7 octobre 2018. 

La cérémonie de clôture a débuté par  la lecture de motions de remerciements et des recommandations des  participantes.

Le Directeur des Etudes et de la Prévision adjoint (DEPA), Monsieur Bady EBE, représentant le Directeur Général de Services du Budget  empêchée pour de raison d’agenda.

Dans son discours de clôture le Directeur des Etudes et de la Prévision Adjoint  a fait part qu’il lui a été rapporté que la formation s’est déroulée dans de très bonnes conditions, participative et marquée par des débats fructueux et des partages d’expériences en matière d’élaboration de CDMT au niveau de différents départements ministériels représentés. Il s’est réjoui  et fait part de sa confiance pour la suite qui sera donnée au processus de mise en œuvre des réformes budgétaires au sein des ministères sociaux notamment en matière de l’implémentation des CDMTs sectoriels.

Pour finir  , le Directeur a tenu à remercier le bureau de l’Unicef  Tchad  qui à travers sa Section « politique sociale, suivi et évaluation » et son programme « Renforcement de mécanisme de gestion des finances publiques y compris la mise en œuvre du budget programme en faveur des secteurs sociaux, notamment les enfants », n’a ménagé aucun effort pour aider le Ministère des Finances et du Budget pour la tenue de cette formation et à solliciter son engagement à perpétuer ce genre d’ateliers.

 

 

 

Le Ministère des Finances et du Budget en partenariat avec l’UNICEF organisent un atelier de formation-action à la conception des cadres des dépenses à moyen terme (CDMT) à l’intention de 10 ministères sociaux. L’ouverture des travaux a eu ce 1er octobre 2018 à Mara dans le 1erarrondissement de la ville de N’Djamena.

L’objectif global de cet atelier est de former les cadres de 10 ministères sociaux à la conception de leurs CDMT. Il est question de : transmettre aux ministères concernés, le savoir-faire nécessaire pour concevoir et produire un CDMT ministériel reflétant leurs besoins réels et d’appuyer les départements ministériels à la conception de leurs CDMT.

Cet atelier est organisé dans le cadre du processus de réforme de la gestion des finances publique aligner aux directifs de la CEMAC en introduisant  la notion de la stabilité du cadre macroéconomiques et la Gestion Axée sur les Résultats. Il s’agit d’apporter une amélioration dans le processus de préparation du Budget de l’Etat, de vulgariser cet exercice à tous les niveaux des structures étatiques notamment les départements ministériels. L’objectif général de l’atelier est de former les cadres de dix (10) ministères sociaux à la conception de leurs CDMTs. Il s’agit notamment d’une manière spécifique de :

· Transmettre aux dix (10) Ministères concernés, le savoir-faire nécessaire pour concevoir et produire un CDMT ministériel reflétant leurs besoins réels ;

· Appuyer les départements Ministériels à la conception de leurs CDMT.

Monsieur BADY EBE, représentant le DGB souligne que cet atelier vise l’appropriation des principes et des modalités pratiques en vue de permettre aux ministères sectoriels d’élaborer eux-mêmes leurs documents budgétaires.

 L’objectif est d’améliorer la qualité des dépenses afin d’aboutir à l’efficacité, l’efficience et la performance des dépenses des ministères respectifs. La finalité de l’élaboration du CDMT des ministères sociaux est évidemment l’amélioration quantitative et qualitative du vécu quotidien des populations à travers l’amélioration des services sociaux de base inscrites dans la Vision 2030 ; « le Tchad que nous voulons » et en lien avec l’Objectifs de Développement Durable (ODD).

Cinq (05) modules seront présentés lors de l’atelier. Il s’agit de :

· Le cycle Budgétaire actuel au Tchad et rôle des acteurs ;

· La réforme des finances publiques dans la zone CEMAC et sa mise en œuvre au Tchad ;

· Les Instruments pluriannuels de préparation du projet de loi de finances : le CBMT ;

· Les Généralités sur le CDMT global et processus d’Elaboration du CDMT global ;

· Les Instruments pluriannuels de préparation du projet de loi de finances : l’Elaboration du CDMT Ministériel.

Ces modules seront alternés par des phases de travaux pratiques visant soit à élaborer les CDMT ou à poursuivre les travaux d’élaboration antérieurement entrepris.

Pour finir le Représentant du DGB, a remercié le Bureau de l’Unicef Tchad qui n’a ménagé aucun effort pour son appui financier et multiformes à implémenter le processus du CDMT dans les Ministères sociaux, à travers son programme de « Renforcement de mécanisme de gestion des finances publiques y compris la mise en œuvre du budget programme en faveur des secteurs sociaux, notamment les enfants ».

 

 

Le Ministère des Finances et du Budget en partenariat avec l’UNICEF organisent un atelier de formation-action à la conception des cadres des dépenses à moyen terme (CDMT) à l’intention de 10 ministères sociaux. L’ouverture des travaux a eu ce 1er octobre 2018 à Mara dans le 1er arrondissement de la ville de N’Djamena.

L’objectif global de cet atelier est de former les cadres de 10 ministères sociaux à la conception de leurs CDMT. Il est question de : transmettre aux ministères concernés, le savoir-faire nécessaire pour concevoir et produire un CDMT ministériel reflétant leurs besoins réels et d’appuyer les départements ministériels à la conception de leurs CDMT.

Cet atelier est organisé dans le cadre du processus de réforme de la gestion des finances publique aligner aux directifs de la CEMAC en introduisant  la notion de la stabilité du cadre macroéconomiques et la Gestion Axée sur les Résultats. Il s’agit d’apporter une amélioration dans le processus de préparation du Budget de l’Etat, de vulgariser cet exercice à tous les niveaux des structures étatiques notamment les départements ministériels. L’objectif général de l’atelier est de former les cadres de dix (10) ministères sociaux à la conception de leurs CDMTs. Il s’agit notamment d’une manière spécifique de :

· Transmettre aux dix (10) Ministères concernés, le savoir-faire nécessaire pour concevoir et produire un CDMT ministériel reflétant leurs besoins réels ;

· Appuyer les départements Ministériels à la conception de leurs CDMT.

Monsieur BADY EBE, représentant le DGB souligne que cet atelier vise l’appropriation des principes et des modalités pratiques en vue de permettre aux ministères sectoriels d’élaborer eux-mêmes leurs documents budgétaires.

L’objectif est d’améliorer la qualité des dépenses afin d’aboutir à l’efficacité, l’efficience et la performance des dépenses des ministères respectifs. La finalité de l’élaboration du CDMT des ministères sociaux est évidemment l’amélioration quantitative et qualitative du vécu quotidien des populations à travers l’amélioration des services sociaux de base inscrites dans la Vision 2030 ; « le Tchad que nous voulons » et en lien avec l’Objectifs de Développement Durable (ODD).

Cinq (05) modules seront présentés lors de l’atelier. Il s’agit de :

· Le cycle Budgétaire actuel au Tchad et rôle des acteurs ;

· La réforme des finances publiques dans la zone CEMAC et sa mise en œuvre au Tchad ;

· Les Instruments pluriannuels de préparation du projet de loi de finances : le CBMT ;

· Les Généralités sur le CDMT global et processus d’Elaboration du CDMT global ;

· Les Instruments pluriannuels de préparation du projet de loi de finances : l’Elaboration du CDMT Ministériel.

Ces modules seront alternés par des phases de travaux pratiques visant soit à élaborer les CDMT ou à poursuivre les travaux d’élaboration antérieurement entrepris.

Pour finir le Représentant du DGB, a remercié le Bureau de l’Unicef Tchad qui n’a ménagé aucun effort pour son appui financier et multiformes à implémenter le processus du CDMT dans les Ministères sociaux, à travers son programme de « Renforcement de mécanisme de gestion des finances publiques y compris la mise en œuvre du budget programme en faveur des secteurs sociaux, notamment les enfants ».

 

 

 

 

Il est organisé du 25 au 27 septembre 2018 dans la salle de formation de la Direction Nationale de la BEAC de N’Djamena un séminaire de formation à l’endroit des cadres et responsables  de la production des notes statistiques et économiques  de deux institutions en l’occurrence l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (l’Inseed) du Ministère de l‘Economie et de la Planification du Développement, et la Direction des Etudes et de la Prévision (la DEP) du Ministère des Finances et du Budget.

L’objectif du séminaire est de permettre aux participants  d’améliorer les publications statistiques et économiques de ces deux institutions, et les notes retenues pour ledit séminaire sont : la note trimestrielle économique et sociale et les comptes nationaux publiés par l’INSEED,  la note trimestrielle de conjoncture sur le secteur pétrolier, le rapport technique de cadrage macroéconomique et budgétaire produits par la DEP. 

Ont pris part à cette rencontre, seize (16) participants dont neuf (09) de l’INSEED, six (06) de la Direction des Etudes et de la Prévision et un (01) de Afristat (Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne) . Le séminaire a été animé par Serge Darriné, expert en communication et diffusion  statistique pour les pays francophones de l’Insee France.

Au cours de cette rencontre, l’expert Serge Darriné a insisté sur « la générosité de la science et le comportement du scientifique dans le style journalistique », un leitmotiv qui doit guider tous les rédacteurs des notes comme celles produites par les instituions de productions des données statistiques et économiques.

 

Pour permettre l’organisation de cet atelier national, un appui auprès de Afristat a été sollicité par la Direction des Etudes et de la Prévision .

Les missions de l’expert français au Tchad sont prises en charge par le budget  de coopération bilatérale de l’INSEE France.

Le séminaire a été animé autour de trois étapes : la première étape se situe « en amont de l’écriture »  et a consisté  à améliorer la politique éditoriale de chaque institution, la deuxième étape a porté  sur l’écriture et a permis d’écrire des  publications mieux structurées et plus lisibles et la troisième étape se situe « en aval de l’écriture » qui consiste à  rendre les publications plus accessibles sur le site web  de chacune des institutions.

Les résultats attendus de ce séminaire de haut niveau sont: d’améliorer les publications statistiques et économiques de deux institutions, suivre toutes les étapes de leur prochaine production.

L’atelier a pris fin le Jeudi  27 Septembre 2018 à 16h00 avec les évaluations de la formation, les impressions des participants  ainsi que la validation du rapport de circonstance et la présentation des recommandations pratiques à l’endroit de tous les participants.

 

 

Une réunion de restitution de la mission de l’assistance de l’AFRITAC CENTRE s’est tenue le 26 juillet 2018 dans la salle de réunion de la Direction Générale du Ministère en présence de M. MAHAMAT SENOUSSI ZAKARIA, Directeur General du Ministère. Ont pris part à cette réunion les proches collaborateurs du Directeur Général du Ministère, le conseiller du Ministre des Finances et du Budget, les Cadres de la Direction des Etudes et de la Prévision (DEP) et de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP).

Il convient de rappeler que cette assistance de l’AFRITAC CENTRE contribue au renforcement des capacités dans le domaine des statistiques de finances publiques (SFP). La rencontre s’est déroulée du 16 au 27 juillet 2018. Cette mission d’assistance technique portait sur la méthodologie du Tableau des Opérations Financières de l’Etat (TOFE) conformément au manuel de statistique des finances publiques 2001/2014 et à la Directive n° 05/11-UEAC-190-CM-22 portant TOFE CEMAC. Elle est conduite par M. Francis GAHIZI, Conseiller Régional Résident (SFP), AFRITAC Centre-FMI (Libreville, Gabon), assisté de Mme Anne MULKAY, Expert Régional en SFP, AFRITAC Centre-FMI (Washington, DC, US).

Faisant suite aux précédentes missions de 2016, 2017, de mars 2018, ainsi que de l’atelier régional qui s’est tenu en avril 2018 à Libreville visant l’élargissement du périmètre des administrations publiques couvertes par le TOFE. Cette mission a pour objet de :

· suivre la mise en œuvre des recommandations de la mission de mars 2018, à savoir la finalisation des TOFE de l’administration centrale budgétaire de 2014 à 2015 établis sur la base de la Balance Générale des Comptes du Trésor établie par le Service Balance et centralisation de la DGTCP, ainsi qu’un appui à l’élaboration des TOFE de 2012, 2013 et 2016, afin de répondre aux exigences du MSFP 2001/2014 ;

· suivre la mise en œuvre du plan d’action d’adoption de la Directive du TOFE CEMAC, et le cas échéant, sa mise à jour ;

· Finaliser le projet du tableau institutionnel du secteur des administrations publiques et l’entame des travaux de recensement des données nécessaires pour l’extension du champ des statistiques des finances publiques, au-delà̀ du sous-secteur de l’administration centrale budgétaire (donc aux sous-secteurs des unités extrabudgétaires, de la sécurité́ sociale et des collectivités locales).

 Après avoir présenté les objectifs de la mission, le chef de mission a fait un exposé sur les travaux effectués au cours de la mission. Il s’agit de la table de correspondance entre la NBE-Nomenclature Budgétaire et PCE-Plan Comptable de l’État utilisé dans la Balance Générale des Comptes du Trésor élaboré par le Service Balance et Centralisation de la DGTCP et les codes et comptes de la Directive du TOFE.

Une méthodologie de travail est mise en place afin de faciliter la production régulière du TOFE. Elle repose sur un ensemble de fichiers Excel qui permet de codifier les données de la balance selon la nomenclature du MSFP 2014 et d’agréger les données dans les tableaux du questionnaire SFP du FMI.

La production des TOFE nouveau format, entamée par la mission, doit être poursuivie par l’équipe tchadienne en charge de l’élaboration du TOFE pour l’ensemble des années 2012 à 2016. Cependant, des problèmes techniques récurrents ont empêché l’extraction des données de la balance générale et l’élaboration des TOFE au nouveau format. Dans ces circonstances, il a été décidé que la mission porte ses efforts sur la transposition des données du TOFE base caisse format MSFP 1986 établi par le Trésor (DGTCP) dans le format MSFP 2014 à méthodologie et sources inchangées, en vue de leur publication dans l’annuaire statistique du FMI.

La transposition nécessite un niveau de détail plus grand que celui qui apparaît dans les TOFE actuels et requiert de pouvoir remonter au niveau des données-source. Un TOFE dit « expérimental » base caisse pour l’administration centrale budgétaire avait été établi à partir des données source existantes pour les années fiscales 2014 et 2015 lors des deux missions précédentes. Le TOFE expérimental est basé sur les données sources de la balance générale des comptes du Trésor établie par le Service Balance et centralisation de la DGTCP. Le cadre comptable ne permet toutefois pas d’élaborer un TOFE sur base des droits constatés, qui reste un objectif à moyen terme.

Après quelques échanges techniques, le Directeur General du Ministère des Finances et du Budget les a encouragé à poursuivre les travaux afin que notre pays puisse élaborer le TOFE selon les standards internationaux.

 

 

 

 

Page 1 sur 3
Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Green Red Radian
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family