wrapper

Flash d'informations

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 423
Ateliers

Ateliers (20)

L’Office des Nations Unies Contre la Drogue et les Crimes de concert avec l’Agence National d’Investigation Financière organise un atelier sur le mécanisme de perturbation financière.

Cet atelier se déroulera du  08 au 12 octobre 2018  à Novotel la Tchadienne.  C’est le Directeur Général de l’ANIF Monsieur SOULEYMANE ABDELKERIM CHERIF qui a ouvert les travaux.

Le représentant  de l’ONUDC Monsieur GARY HIDE dans son allocution pour la circonstance a souligné que son organisation a pour mandat d’aider les Etats membres dans leur lutte contre les drogues illicites, la criminalité et le terrorisme.  Ce  mandat a aussi une portée spéciale qui est celui d’aider les Etats membres à ratifier et mettre en œuvre les normes internationales relatives au blanchiment de capitaux et aux financements  du terrorisme.

Monsieur GARY HIDE de renchérir  que l’objectif visé par cet atelier est de renforcer la sensibilisation et la capacité d’investigation dans l’application du cadre légal de LBC/FT applicable au Tchad. Cet atelier aidera aussi les participations à découvrir et développer des techniques d’enquête  et d’autres aspects qui perturbent les flux  financiers illicites des réseaux criminels environnement aux transnationaux en utilisant des scenarios réalistes basés sur les menaces actuelles.

 Pour Monsieur IDRISS ABDELKERIM FOUDOUSSIA   point focal de l’ONUDC au Tchad, cet atelier est d’une importance capitale car il permettra aux participants de se doter  d’une connaissance  en matière de blanchiment des capitaux et au financement du terrorisme.

En ouvrant les travaux, le Directeur General de l’ANIF monsieur Souleymane ABDELKERIM CHERIF a dans son discours souligné que tous les signaux d’alerte émis par ci par là, sur les conséquences néfastes mais surtout durables de la corruption ont été ignoré .Nous baignions pour ainsi dire dans l’ivresse de l’opulence, certains en théorisant, ont parlé du « dutch disease », entendez par là « la maladie allemande », autrement dit celui à qui tout réussit.

Le Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Investigation Financière de poursuivre que l’amour de l’égo en ce temps est alors beaucoup plus puissant que l’amour de la vieille patrie ; et le besoin de se mettre à l’abri  des aléas de la fortune écrase toute morale.

La corruption est une maladie et la 4è république désire s’employer de toutes ses forces à soigner ses patients et ses victimes. Sous la 4è république, l’on doit jurer sur les écritures saintes pour gérer les affaires publiques a-t-il conclut.

Il faut signaler que durant 5 jours, les participants débattrons de plusieurs modules entre autres ;

· Analyse fonctionnelle des crimes environnementaux ;

· Cadre juridique spécifique de la LBC/FT de la CEMAC ;

· Rôle de l’Agence Nationale d’Investigation Financière ;

· Stratégie d’Enquête et d’Information ;

· Le contrôle et l’audit financier.

 

 

 

L’Office des Nations Unies Contre la Drogue et les Crimes de concert avec l’Agence National d’Investigation Financière organise un atelier sur le mécanisme de perturbation financière.

Cet atelier se déroulera du  08 au 12 octobre 2018  à Novotel la Tchadienne.  C’est le Directeur Général de l’ANIF Monsieur SOULEYMANE ABDELKERIM CHERIF qui a ouvert les travaux.

Le représentant  de l’ONUDC Monsieur GARY HIDE dans son allocution pour la circonstance a souligné que son organisation a pour mandat d’aider les Etats membres dans leur lutte contre les drogues illicites, la criminalité et le terrorisme.  Ce  mandat a aussi une portée spéciale qui est celui d’aider les Etats membres à ratifier et mettre en œuvre les normes internationales relatives au blanchiment de capitaux et aux financements  du terrorisme.

Monsieur GARY HIDE de renchérir  que l’objectif visé par cet atelier est de renforcer la sensibilisation et la capacité d’investigation dans l’application du cadre légal de LBC/FT applicable au Tchad. Cet atelier aidera aussi les participations à découvrir et développer des techniques d’enquête  et d’autres aspects qui perturbent les flux  financiers illicites des réseaux criminels environnement aux transnationaux en utilisant des scenarios réalistes basés sur les menaces actuelles.

 Pour Monsieur IDRISS ABDELKERIM FOUDOUSSIA   point focal de l’ONUDC au Tchad, cet atelier est d’une importance capitale car il permettra aux participants de se doter  d’une connaissance  en matière de blanchiment des capitaux et au financement du terrorisme.

En ouvrant les travaux, le Directeur General de l’ANIF monsieur Souleymane ABDELKERIM CHERIF a dans son discours souligné que tous les signaux d’alerte émis par ci par là, sur les conséquences néfastes mais surtout durables de la corruption ont été ignoré .Nous baignions pour ainsi dire dans l’ivresse de l’opulence, certains en théorisant, ont parlé du « dutch disease », entendez par là « la maladie allemande », autrement dit celui à qui tout réussit.

Le Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Investigation Financière de poursuivre que l’amour de l’égo en ce temps est alors beaucoup plus puissant que l’amour de la vieille patrie ; et le besoin de se mettre à l’abri  des aléas de la fortune écrase toute morale.

La corruption est une maladie et la 4è république désire s’employer de toutes ses forces à soigner ses patients et ses victimes. Sous la 4è république, l’on doit jurer sur les écritures saintes pour gérer les affaires publiques a-t-il conclut.

Il faut signaler que durant 5 jours, les participants débattrons de plusieurs modules entre autres ;

· Analyse fonctionnelle des crimes environnementaux ;

· Cadre juridique spécifique de la LBC/FT de la CEMAC ;

· Rôle de l’Agence Nationale d’Investigation Financière ;

· Stratégie d’Enquête et d’Information ;

· Le contrôle et l’audit financier.

 

 

 

Le Ministre des Finances et du Budget Mr ISSA MAHAMAT ABDELMAMOUT, en sa qualité du président de l’Assemblée Générale du Fonds de  Solidarité Africain (FSA), a présidé les travaux de la  9ème Session Ordinaire qui s’est tenue le 18 juin 2018 à l’Hôtel Hilton de Ndjamena.

Le Ministre des Finances dans  son allocution a félicité les différentes délégations qui ont fait le déplacement de Ndjamena pour participer à cette 9ème session Ordinaire du Fonds de Solidarité Africain.

Le point principal à l’ordre du jour est relatif à l’approbation des comptes de l’exercice 2017. Les états financiers arrêtés au 31 Décembre 2017 qui seront soumis à l’approbation de l’Assemblée Générale font apparaitre un résultat net bénéficiaire de plus de 3 milliards de francs CFA.

Le Ministre des Finances et du Budget,  n’a pas manqué de rappeler que la création du Fonds de Solidarité Africain  réside dans la nécessité de cultiver la solidarité à travers la mutualisation des ressources communes  devant servir de levier pour le financement des projets intégrateurs même de favoriser le développement de nos économies.

De plus, le FSA regroupe trois principaux ensembles économiques africains notamment la CEDEAO, la CEEAC et le COMESA, ce qui traduit  le caractère panafricain  du Fonds et l’érige en trait d’union entre tous les grands ensembles d’intégration régionale de l’Afrique subsaharienne. En effet, l’ambition du Fonds de Solidarité Africain est d’élargir son périmètre institutionnel et géographique afin de couvrir les différents Etats membres.

Au-delà de ses actions dans la garantie financière, l’Allongement de durée de prêt et l’Arrangement de Financement, le Fonds de Solidarité Africain intervient aussi pour des opérations concernant tous secteurs d’activités à savoir : Infrastructures de base, Mines, Agriculture… ces interventions sont destinées aux financements accordés dans le cas de la création d’entreprise, renouvellement et renforcement des capacités d’exploitation, Modernisation et Extension, Transfert de propriété.

L’Assemblée Générale a vu la participation des représentants de la République du Congo et de la République Islamique de Mauritanie, en qualité d’Observateurs .

 En interaction avec la presse,  le Directeur Général du Fonds de Solidarité Africain MAHMADOU ABDOULAYE  DIALLO  souligne que les 14 Etats membres du FSA sont des  Pays Pauvre Très Endettés et Pays Moins Avancé et , ce qui ne favorise pas ces pays membres d’honorer leurs engagements vis-à-vis du FSA. Mais le Fonds de Solidarité Africain se donne comme défis d’honorer tous ces engagements et mobiliser les pays qui n’en font pas partie à y adhérer.

A la sortie de cette assise un communiqué a été rendu public.

L’Assemblée Générale fait ressortir un bilan de soixante-quatre milliards trois cent soixante-dix Millions neuf cent soixante sept mille neuf cent quatre vingt quatorze(64 366 967 994 FCFA), des engagement hors bilan signés de quarante et un  milliards six cent cinquante-cinq millions vingt-trois mille cinq cent soixante-dix (41 655 023 566 FCFA)  et un résultat net de trois milliards deux cent cinquante millions six cent onze mille huit cent un (3 250 611 801FCFA) .

L’Assemblée Générale a en outre  affecté le résultat de l’exercice  essentiellement  au report à nouveau, donné décharge aux commissaires aux comptes pour un mandat au titre de l’exercice clos du 31 Décembre 2017 et a donné quitus aux administrateurs pour leur gestion.

 

 

 

 

 

L’atelier de validation des outils de formation sur les CDMTs sectoriels et la budgétisation en mode programme financé par l’UNICEF s’est tenu du 18 au 23 décembre 2017 au Ranch Hôtel de Douguia. L’atelier  a vu la participation des cadres des directions techniques de la Direction Générale du Budget. La tenue de cet atelier se justifiait par la nécessité de disposer d’un référentiel de formation unique en vue de former les Ministères sectoriels dans la formulation des programmes et la conception de leurs Cadres de Dépenses à Moyen Terme.

Après l’ouverture des travaux par le représentant du Directeur des Etudes et de la Prévision et la présentation du plan de travail, deux groupes ont été constitués. Le premier groupe a reçu le mandat d’élaborer le manuel du CMDT sectoriel et la finalisation du CDMT global. Le second a été chargé d’élaborer le manuel du budget programme.

 

 Pendant les deux jours suivants, les participants se sont attelés à examiner les documents existants et à rédiger les parties manquantes des documents ou à les actualiser sur la base de la LOLF de 2014. Les deux derniers jours ont été consacrés à la validation en séance plénière des documents rédigés.

Au dernier jour de l’atelier, les participants ont validé les différents manuels et le rapport général de l’atelier. Des recommandations ont été formulées à l’endroit du Gouvernement et des partenaires au développement.

Au Gouvernement, les recommandations ont porté sur la nécessité de :

· Adopter des textes d’application de la LOLF 2014 précisant les responsabilités des nouveaux acteurs de la gestion budgétaire ;

· Créer des comités CDMT sectoriels dans tous les départements Ministériels ;

· Renforcer les capacités des Ministères sectoriels dans l’élaboration des CDMT et du Budget programme ;

· Favoriser les échanges d’expérience avec les pays avancés dans la mise en œuvre de la réforme des finances publiques

· Accélérer la mise en œuvre de la réforme du budget programme dans ses composantes budgétaire, informatique et comptable ;

· Mobiliser les ressources publiques destinées au financement de la réforme des finances publiques ;

 

Aux partenaires techniques et financiers et notamment à l’UNICEF, il a été recommandé de :

· Continuer son appui financier et technique à la Direction Générale du Budget dans la mise en œuvre de la réforme des finances publiques ;

· Appuyer les échanges d’expérience avec les pays avancés dans la mise en œuvre de la réforme des finances publiques.

 

La clôture de l’atelier de sensibilisation et de professions assujetties à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme présidé par le Directeur de l’Agence Nationale d’Investigation Financière, monsieur SOULEYMAN ABDELKERIM CHERIF , s’est déroulée le 27 Avril 2017 à l’hôtel LEDGER PLAZA.

Un atelier de sensibilisation des professions assujetties à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme au Tchad, organisé par l’Agence Nationale d’Investigation Financière se tient  du 25 au 27 Avril 2017 à l’Hôtel LEDGER  PLAZA.

Un atelier de formation des formateurs sur le nouvel acte uniforme relatif au droit comptable et à l’information financière s’est tenu  à Ndjamena le 19 Avril 2017 à l’hôtel PLAZZA. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet d’amélioration du climat d’investissement dans les Etats membres de l’OHADA (Organisation pour l’Harmonisation, des Droits des Affaires en Afrique).

Pour Madame ADOUM DAISSALA BEATRICE Inspectrice Générale Adjointe aux finances, cet atelier marque une grande importance dans l’amélioration de l’information financière et par conséquent dans la transparence et la loyauté nécessaire au développement de l’activité économique. Dans son intervention, l’inspectrice générale adjointe du ministère des finances et du budget Madame ADOUM DAISSALA BEATRICE affirme que : « Ndjamena en abritant cet atelier, se voit ainsi replacer dans ce rôle moteur et catalyseur de l’évolution du droit à l’OHADA.  Le secrétariat permanent à l’OHADA à travers cet atelier veut mettre à la disposition de chaque partie la formation des formateurs professionnels en comptabilité car il ne s’agira pas de mettre à niveau vos connaissances mais de saisir la subtilité de la matière afin d’en disculper les contours».

Quant au Directeur des affaires juridiques de l’OHADA section Tchad Monsieur BOUBAKAR SIDIKI DIARA,pour lui  l’acte relatif au droit comptable et à l’information financière a été adopté par le conseil des ministres de l’OHADA le 26 Janvier 2017. Il a été publié au numéro spécial du journal officiel de l’OHADA le 15 Février 2017 et entrera en vigueur pour le compte personnel des entités le 01 Janvier 2018 pour les comptes consolidés et combinés le 01 Janvier 2019. 

Cet atelier de premier niveau a regroupé les experts venus de plusieurs pays d’Afrique et permettra aux pays membres de l’OHADA de prendre corps et fonctionner adéquatement pendant plus d’une décennie.

L’atelier National sur  l’évaluation des dépenses fiscales et la réforme de l’Impôt sur le revenu des personnes physiques, placé sous le haut patronage du Premier Ministre,

Une délégation des cadres du Ministère des Finances et du Budget ont pris part à un  séminaire régional sur le thème « contrôle et l’Audit Internes » du  06 au 10  Mars 2017 à Libreville au Gabon.

La validation du plan stratégique informatique 2017-2021 en vue de la modernisation du système d’information financière de l’Etat,

Page 1 sur 2
Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Green Red Radian
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family