wrapper

Flash d'informations

Actus

Actus (353)

Dans le cadre de ses missions de programmation et de budgétisation des investissements publics, la Direction Générale de Services du Budget à travers la Direction des Investissements réalise un inventaire de l’ensemble des Projets et Programmes d’Investissements publics sur ressources intérieures et extérieures.

Cette  réalisation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi Organique relative aux Lois de Finances de février 2014, imposant l’utilisation d’instruments de programmation pluriannuelle tel que la Programmation Triennale des Investissements Publics (PTIP) ainsi que la gestion des crédits, Autorisation d’Engagement (AE) et en Crédit de Paiement (CP).

 A cet effet, l’inventaire permettra de disposer d’une base de données actualisée des investissements publics pour assurer la programmation et la budgétisation triennale des investissements afin de lesgérer en AE et CP dans la perspective du basculement du budget en mode programme à l’horizon 2022. Sa mise en œuvre nécessite 

l’implication effective des acteurs intervenant dans le domaine tant au niveau central que déconcentré.

 

C’est dans cette logique qu’une Commission chargée dudit inventaire a été mise sur pied par Arrêté du Ministre des Finances et du Budget N°103/PR/MFB/SE/DGM/DGSB/2019 du 21 juin 2019. La commission est composée des cadres du Ministère des Finances et du Budget, du Ministère de l’Economie et de la Planification du Développement, du Ministère des Infrastructures, du Transport et du Désenclavement, du Secrétariat Général du Gouvernement et de la Direction Générale du Contrôle des Marchés Publics.

Les travaux concernent la collecte d’informations relatives aux investissements publics auprès de l’ensemble des départements ministériels, des grandes institutions de la République et des bailleurs, la mise à jour de la base de données des investissements publics et la géo localisation des grandes infrastructures publiques à N’Djaména.

 Les activités ont été lancées le mercredi 26 juin 2019 lors de la réunion du Comité de Pilotage. Elle a été présidée par le Directeur Général des Services du Budget, par ailleurs Président du Comité de Pilotage de l’inventaire en présence des différents membres.

 

Avant de descendre sur le terrain afin de collecter les informations, les membres de l’Equipe Technique de la Commission ont reçu une formation sur les techniques de collecte de données en atelier le samedi 29 juin 2019.

Les activités dudit inventaire des investissements publics s’étaleront du 1er juillet à fin août 2019 au terme desquels un atelier de présentation officielle des résultats sera organisé à N’Djamena.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Ministre des Finances et du Budget, Monsieur TAHIR HAMID NGUILINa présidé une réunion de prise de contact avec les Directeurs Généraux dudit Ministère le jeudi 04 juillet 2019 dans la salle de réunion. Introduit par le Directeur Général du Ministère Monsieur MAHAMAT SENOUSSI ZAKARIA le Ministre à rappeler à tous les Directeurs les missions du Ministère.

Le Ministre a tenu un discours d’orientation en lien avec son discours de prise de fonction.

 

Le Ministre informe que chaque chef hiérarchique sera jugé sur la base de ses compétences, de son savoir-faire sur la mission qui lui est confiée. Pour lui,  la ponctualité, la rigueur et l’assiduité doivent être le crédo de chaque chef du département et l’esprit managérial doit animer toute l’équipe dirigeante du ministère pour que le maillon de la chaine puisse être fort car quand une partie du maillon est faible c’est la chaine qui se casse. 

 

Le Ministre TAHIR HAMID NGUILIN souligne encore que dans toute organisation il y a des difficultés, il demande l’appui de tout le monde pour pallier à ses difficultés. L’implication des Directeurs Généraux dans les tâches doit être imminente et constante pour le succès de la mission. Le travail, rien que le travail et toujours le travail, a insisté le ministre des Finances qui a mis beaucoup l'accent sur le respect des valeurs professionnelles et administratives, à savoir la discipline, les réglementations. ''A priori, j'ai confiance en tout le monde, je voudrais des rapports de confiance'', a dit le ministre pour décrire sa philosophie de travail à la tête du département. 

Il a toutefois souligné avec force qu'il souhaite des rapports de confiance où ''ceux qui travaillent, qui ont des résultats seront valorisés''. Nous sommes prêts à répondre, à plaider auprès de la haute hiérarchie pour les besoins, améliorer les conditions de travail en vue d’un bon fonctionnement du travail, à condition que les résultats soient à la hauteur'', a conclu le Ministre des Finances Monsieur TAHIR HAMID NGUILIN.

Au terme du décret  N00882 du 30 juin 2019, nommant Mr TAHIR HAMID NGUILIN àla tête du Ministère des Finances et du Budget, une passation de service s’est ténue ce jour 03 juillet 2019 dans l’enceinte du dit Ministère entre le Ministre sortant Monsieur ALLALI MAHAMAT ABAKAR  et le Ministre entrant Monsieur  TAHIR HAMID NGUILIN.

Cette cérémonie de passation de service a était présidée par la Ministre Secrétaire Générale du Gouvernement  chargée des relations avec l’Assemblée Nationale,  Mme MARIAM MAHAMAT NOUR.

Il vous souviendra que le Ministre sortant Monsieur ALLALI  MAHAMAT ABAKAR était nommé à la tête de cette institution en juin 2018.

Au moment de passer les rênes de ce prestigieux Ministère, le Ministre sortant à l’entame de ses propos , a tout d’abord exprimer toute sa gratitude à son Excellence Mr IDRISS DEBY ITNO, Président de la République, Chef du Gouvernement pour la confiance placée en lui durant 9 mois, le Ministre sortant n’a pas manqué de remercier aussi  ses collaborateurs pour leurs accompagnements et leurs sollicitudes, il les convies à apporter le même soutien au Ministre entrant.

Selon le Ministre sortant Monsieur ALLALI MAHAMAT ABAKAR, le Ministère des Finances et du Budget est un vaste chantier dont la réforme budgétaire est à sa première  année, cependant grâce à l’investissement  personnel des responsables des régies, un taux de 53.62% de réalisation des recettes ordinaires est atteint en fin juin 2019 par rapport aux dispositions  de la loi des finances 2019 et un taux de progression de plus de 24.74% est atteint en fin juin 2019 par rapport aux réalisations à la même période de 2018 .Tandis que l’exécution du budget reste perfectible. 

Le Ministre sortant n’a pas non plus manqué de saluer le soutient de nos partenaires techniques et financiers notamment le FMI, la Banque Mondiale et L’AFD  dont les  rôles ont été cruciaux dans la définition de cette stratégie, dans l’assistance pour son portage ainsi que dans son financement.

Selon ses  propos, la quatrième revue de notre programme financé par la facilité élargie de crédit est soumise au Board du FMI aujourd’hui, le 03 juillet 2019. Sauf faits extraordinaires, le dossier passera, ouvrant  ainsi la voie aux appuis budgétaires. 

La cinquième revue sera faite sur la base des réalisations au 30 juin 2019. 

La question de la dette extérieure semble avoir trouvé sa solution, cependant, il reste à finaliser le traitement des dettes angolaise, libyenne, congolaise et équato-guinéenne et à repenser la viabilité globale de la dette.

Le Ministre a fini ses propos sur ce terme : je cite « j’ai trouvé  un Ministère en état de pré-ébullition, je vous le rends rasséréné avec un esprit d’équipe qui reste, il est vrai, à raffermir. Vos qualités de manager vous y aideront sans nul doute », fin de citation.

Pour le Ministre entrant, Monsieur TAHIR HAMID NGUILIN, il a avant tout propos exprimé ses profondes gratitudes au Président de la République, chef du Gouvernement, son Excellence IDRISS DEBY ITNO, qui, une fois encore, comme de nombreuses fois dans le passé, vient de l’élever aux fonctions lourdes et exaltantes de Ministère  des Finances et du Budget de notre pays.

Selon ses propos, le Ministère  des Finances et du budget est un Ministère support, un Ministère-pivot, qui se doit d’apporter son expertise et tous les moyens nécessaires à tous les autres départements ministériels afin que ceux- ci puissent mettre en œuvre efficacement le programme politique du Gouvernement.

Le Ministre entrant, a demandé aux cadres et agents de ce Ministère qu’ils se doivent également d’être performants dans le travail, diligents dans le traitement des dossiers, rigoureux dans l’application des textes, courtois vis-à-vis des usagers et des contribuables et innovants dans la réflexion pour, entre autres, asseoir une gestion moderne et en phase avec  les évolutions technologiques et digitales de l’heure. Le Ministre demande surtout que les responsables soient équitables vis à vis de leurs agents, respectueux  vis à vis de leur hiérarchie dans un esprit d’équipe, avec le sens du devoir, l’obligation de reddition des comptes et la culture du mérite et de l’exemplarité.

Le Ministre finances entrant a fini ses propos en disant que les défis sont nombreux. Les périls aussi. Mais comme dit le dicton : « là ou croit le péril, croit aussi ce qui sauve ».

CEREMONIE DE PASSATION DE SERVICES AU MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET

 

ALLOCUTION DU MINISTRE ENTRANT TAHIR HAMID NGUILIN

 

N’Djaména, le 03 juillet 2019

(Seul le prononcé fait foi)

Madame la Ministre, Secrétaire Général du Gouvernement ;

Monsieur le Ministre des Finances et du Budget ;

Monsieur le Secrétaire d’Etat aux Finances et au Budget

Messieurs les Inspecteurs Généraux des Finances ;

Madame et Monsieur les Contrôleurs Financiers ;

Messieurs les Directeurs Généraux du Ministère ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des Services ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs ;

Mesdames et Messieurs les Chefs de service ;

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Je voudrais, avant tout, exprimer ma profonde gratitude au Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, Son Excellence IDRISS DEBY ITNO, qui, une fois encore, comme  de nombreuses fois dans le passé, vient de m’élever aux fonctions lourdes et exaltantes de Ministre des Finances et du Budget de notre pays.

Je vous prie, Madame la Ministre, Secrétaire Général du Gouvernement de présenter respectueusement mes remerciements empreints de chaleur et d’humilité à Son Excellence, Monsieur le Président de la République.

Permettez-moi aussi d’exprimer ma reconnaissance au Ministre des Finances et du Budget sortant, Monsieur Allali Mahamat Abakar, que j’ai connu dans une autre vie. Je sais qu’il est un cadre de qualité et qu’il a dirigé ce ministère avec le professionnalisme attendu. Je lui souhaite bon vent.

Mesdames et Messieurs ;

Comme vous le savez, le Ministère des Finances et du Budget est un ministère-support, un ministère-pivot,  qui se doit d’apporter son expertise et tous les moyens nécessaires à tous les autres départements ministériels afin que ceux-ci puissent mettre en oeuvre efficacement le programme politique du Gouvernement. 

Dans ce cadre et au regard de la conjoncture de l’économie mondiale et des pays de la sous-région, le Ministère des Finances et du Budget se doit – directement ou indirectement -  non seulement, d’honorer les promesses du Budget de l’Etat, de participer à l’amélioration continue de notre économie, d’assurer le service public et les obligations de l’Etat, mais aussi d’être sur la même longueur d’onde avec nos partenaires techniques et financiers, de soutenir nos entreprises, nos banques et nos opérateurs, de tenir nos équilibres extérieurs, tout en promouvant le commerce et l’industrie.  

Pour ce faire, les cadres et les agents du ministère se doivent également  d’être performants dans le travail, diligents dans le traitement des dossiers, rigoureux dans l’application des textes, courtois vis-à-vis des usagers et des contribuables  et innovants dans la réflexion pour, entre autres, asseoir une gestion moderne et en phase avec les évolutions technologiques et digitales de l’heure.

Je demande surtout – si ce n’est déjà le cas - à ce que les responsables du Ministère soient équitables vis-à-vis de leurs agents et les agents respectueux vis-à-vis de leur hiérarchie. Et ce,  dans un esprit d’équipe, avec le sens du devoir, l’obligation de reddition des comptes et la culture du mérite et de l’exemplarité.

Mesdames, Messieurs ;

Comme certains le savent, j’ai eu le grand honneur,  il y a de cela presque 15 ans de servir dans ce Ministère, de début 2005 à mi-2008,  à la Direction Générale du  Trésor et puis à la Direction Générale des Impôts ; j’en garde des bons et grands souvenirs. De ce fait, je pense connaître un bout de son potentiel, de son personnel,  de son expertise, de ses obligations et de ses pesanteurs.

Et avec le soutien des uns et des autres, et particulièrement avec le grand soutien de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, nous pourrons remplir notre mission.

Il est vrai que le ministère des finances est un ministère très  sollicité. Que les défis sont nombreux. Les périls aussi. Mais comme dit le dicton : « là où croit le péril, croît aussi ce qui sauve ».

Que Dieu vous bénisse.

Que Dieu bénisse notre pays.

Je vous remercie pour vote très aimable attention./-

TAHIR HAMID NGUILIN

Dans le cadre d’appui aux reformes des finances publiques, le Programme d’Appui à la Consolidation de l’Etat (ACET 2) en collaboration avec l’Institut National des Statistiques des Etudes Economiques et Démographiques, a organisé un atelier de présentation du Plan stratégique de l’INSEED, le 24 juin 2019 à l’hôtel Hilton de Ndjamena. Les travaux de cet atelier ont été présidés par le Secrétaire d’Etat à l’Economie et à la Planification de Développement Monsieur HISSIEN TAHIR SOUGUIMI.

Cet atelier s’inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la réforme de l’appareil statistique national impulsée par une volonté politique forte depuis décembre 2015. En effet,   l’INSEED a engagé le processus d’élaboration du présent Plan Stratégique 2019-2023, dans le but de cerner globalement sa mission et assurer la cohérence et la durabilité de son action au sein du Système Statistique National.

 

Ses missions définies dans le Décret n°416/PR/MPED/2000 du 14 septembre 2000 ont été partiellement exécutées en raison de problèmes structurels interdépendants liés aux capacités institutionnelles, aux ressources humaines et techniques, à la mise en œuvre d’une démarche de qualité statistique, à des demandes statistiques croissantes et diversifiées, et aux relations avec les utilisateurs et fournisseurs des données.

 

Dans le plan stratégique, la vision de l’INSEED est ancrée sur les cinq axes stratégiques notamment :

 

·        La réforme institutionnelle et fonctionnement de l’INSEED, proche des standards internationaux ;

·        L’efficacité technique et administrative ;

·        La qualité de la production statistique ;

·        L’élargissement du champ des travaux pour répondre aux besoins statistiques prioritaires ;

·        Les relations de l’INSEED avec les utilisateurs et fournisseurs de données.

 

Après la présentation du plan stratégique s’en est suivi des échanges, fructueux sur la base de compréhension et des apports constructifs.

Le Directeur Général de l’INSEED Monsieur NOUR GOUKOUNI NOUR, se réjouit de la qualité des échanges, traduisant l’importance que les participants accordent aux activités de l’INSEED. Le Directeur de l’INSEED n’a pas perdu de vue la mission de l’INSEED qui est d’assurer, en coordination avec les autres structures statistiques publiques spécialisées, la collecte, le traitement, l’analyse et la diffusion de l’information statistique pour les besoins du Gouvernement, des administrations publiques, du secteur privé, des partenaires au développement et du public.

 

Nommé très jeune Directeur Général du Trésor en mars 2005, Monsieur Tahir Hamid Nguilin (42 ans), dispose d’une expérience longue, pluridisciplinaire, polyvalente et surtout de haut niveau dans la banque, la monnaie, l’économie, la fiscalité, la comptabilité, le management, les télécommunications, les finances publiques, gestion des entreprises et les hydrocarbures.

 

Nanti de la très courue Maîtrise en Sciences et Techniques Comptables et Financières (MSTCF) de l’Université Catholique d’Afrique Centrale de Yaoundé au Cameroun, le jeune Tahir Hamid intègre par concours en 2001 le Centre de formation des cadres supérieurs de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), à Yaoundé, dont il sort major de la 17èmepromotion, à   l’issue d’une formation de 14 mois (dont 6 mois de stage).

 

Il est immédiatement affecté au sein du corps des Inspecteurs de ladite Banque centrale, chargés d’assurer un contrôle et une surveillance internes permanents des activités de l’institution financière. Au cours de cette première expérience professionnelle, il fait montre de performances et de qualités indéniables, notamment d’intégrité, de rigueur et d’efficacité. Tant et si bien que son pays le rappelle pour lui confier d’importantes fonctions. 

 S’ensuit une fulgurante carrière nationale : Directeur Général du Trésor (2005-2006) ; Directeur Général des Impôts (2006-2008 : tout en étant pendant 9 mois à la fois Directeur Général du Trésor par intérim) et Directeur Général de la Société des Télécommunications du Tchad (SOTEL-TCHAD) de janvier 2009 à juin 2010.

En même temps qu’il dirige ces régies financières, Tahir Hamid Nguilin siège ès-qualité comme administrateur représentant le Tchad au sein du conseil d’administration de la BEAC (2005-2007), membre du tout premier Comité de Politique Monétaire de la BEAC (2007-2009) et administrateur représentant le Tchad aux conseils d’administration des sociétés TOTCO et COTCO, les deux entreprises tchadienne et camerounaise chargées de transporter le brut tchadien sur le marché international. 

Auréolé de ses passages remarquables et remarqués à la tête du Trésor, aux Impôts et à la SOTEL, il se voit confier, en juin 2010, le poste de Vice-Gouverneur de la BEAC par la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC, sur proposition du gouvernement tchadien. Il cumule ses nouvelles responsabilités avec les fonctions de Vice-Président du Comité de Politique Monétaire de la BEAC, de Président suppléant de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC), de Président du Comité sous-régional de surveillance des systèmes de paiements et d’Administrateur de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC).

 

Ainsi, le retour de Tahir Hamid Nguilin à la maison « Beac » va durer six ans... Jusqu’en juillet 2016. Six années pendant lesquelles, il aura présidé l’essentiel des comités de pilotages des différentes réformes engagées par la BEAC après la crise qu’elle a connu en 2009. Et c’est surtout lui qui aura conduit les équipes de la sous-région qui ont engagé et finalisé les toutes dernières négociations avec le Trésor Français ayant abouti, entre autres, à la mise en place d’un taux de rémunération plancher du compte d’opérations logé conventionnellement au Trésor Français ainsi que l’ensemble des travaux et discussions avec la cinquantaine de banques commerciales de la BEAC qui se sont soldées par la création du GIMAC (Groupe Interbancaire Monétique de l’Afrique Centrale) en 2012 .

 

C’est en septembre 2016 que Tahir Hamid Nguilin rentre à nouveau au pays, et deux mois plus tard, en décembre de la même année, il est nommé Directeur Général de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT). 

 

Celui qui prend alors les rênes du fleuron de l’industrie pétrolière tchadienne dans un moment charnière, connaît bien le secteur. Car avant de représenter le ministère des Finances aux conseils d’administration de TOTCO et COTCO (entre novembre 2006 et juin 2008), il avait déjà, entre autres, siégé au Collège de Contrôle et de Surveillance des Ressources Pétrolières (CCSRP) durant dix-huit mois.

 

Il arrive à la tête de la SHT pendant que le secteur pétrolier fait face à une grave chute des cours du baril. Mais les défis, ce père de famille les adore et impulse déjà une nouvelle dynamique à la SHT. Sur sa lancée, il conduit les équipes de négociation de la dette contractée auprès de Glencore. Celle-ci sera restructurée avec succès et le satisfecit du FMI.

Dans le même temps, il conduit d’importants projets, , notamment la mise en production du champ pétrolier et gazier dont le premier baril de pétrole est attendu pour fin 2019.

En décembre 2018, c’est mission accomplie et il quitte la SHT.

 

Depuis le 30 juin  2019 , il est nommé  Ministre des Finances et du Budget de la République du Tchad. 

Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Green Red Radian
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family