wrapper

Flash d'informations

Direction de la Communication

Direction de la Communication

PRÉSENTATION DU PLAN  STRATÉGIQUE DE L’INSEED

Dans le cadre d’appui aux reformes des finances publiques, le Programme d’Appui à la Consolidation de l’Etat (ACET 2) en collaboration avec l’Institut National des Statistiques des Etudes Economiques et Démographiques, a organisé un atelier de présentation du Plan stratégique de l’INSEED, le 24 juin 2019 à l’hôtel Hilton de Ndjamena. Les travaux de cet atelier ont été présidés par le Secrétaire d’Etat à l’Economie et à la Planification de Développement Monsieur HISSIEN TAHIR SOUGUIMI.

Cet atelier s’inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la réforme de l’appareil statistique national impulsée par une volonté politique forte depuis décembre 2015. En effet,   l’INSEED a engagé le processus d’élaboration du présent Plan Stratégique 2019-2023, dans le but de cerner globalement sa mission et assurer la cohérence et la durabilité de son action au sein du Système Statistique National.

 

Ses missions définies dans le Décret n°416/PR/MPED/2000 du 14 septembre 2000 ont été partiellement exécutées en raison de problèmes structurels interdépendants liés aux capacités institutionnelles, aux ressources humaines et techniques, à la mise en œuvre d’une démarche de qualité statistique, à des demandes statistiques croissantes et diversifiées, et aux relations avec les utilisateurs et fournisseurs des données.

 

Dans le plan stratégique, la vision de l’INSEED est ancrée sur les cinq axes stratégiques notamment :

 

·        La réforme institutionnelle et fonctionnement de l’INSEED, proche des standards internationaux ;

·        L’efficacité technique et administrative ;

·        La qualité de la production statistique ;

·        L’élargissement du champ des travaux pour répondre aux besoins statistiques prioritaires ;

·        Les relations de l’INSEED avec les utilisateurs et fournisseurs de données.

 

Après la présentation du plan stratégique s’en est suivi des échanges, fructueux sur la base de compréhension et des apports constructifs.

Le Directeur Général de l’INSEED Monsieur NOUR GOUKOUNI NOUR, se réjouit de la qualité des échanges, traduisant l’importance que les participants accordent aux activités de l’INSEED. Le Directeur de l’INSEED n’a pas perdu de vue la mission de l’INSEED qui est d’assurer, en coordination avec les autres structures statistiques publiques spécialisées, la collecte, le traitement, l’analyse et la diffusion de l’information statistique pour les besoins du Gouvernement, des administrations publiques, du secteur privé, des partenaires au développement et du public.

 

En savoir plus...

TAHIR HAMID NGUILIN, un homme d’expérience à la tête du Ministère des Finances et du Budget

Nommé très jeune Directeur Général du Trésor en mars 2005, Monsieur Tahir Hamid Nguilin (42 ans), dispose d’une expérience longue, pluridisciplinaire, polyvalente et surtout de haut niveau dans la banque, la monnaie, l’économie, la fiscalité, la comptabilité, le management, les télécommunications, les finances publiques, gestion des entreprises et les hydrocarbures.

 

Nanti de la très courue Maîtrise en Sciences et Techniques Comptables et Financières (MSTCF) de l’Université Catholique d’Afrique Centrale de Yaoundé au Cameroun, le jeune Tahir Hamid intègre par concours en 2001 le Centre de formation des cadres supérieurs de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), à Yaoundé, dont il sort major de la 17èmepromotion, à   l’issue d’une formation de 14 mois (dont 6 mois de stage).

 

Il est immédiatement affecté au sein du corps des Inspecteurs de ladite Banque centrale, chargés d’assurer un contrôle et une surveillance internes permanents des activités de l’institution financière. Au cours de cette première expérience professionnelle, il fait montre de performances et de qualités indéniables, notamment d’intégrité, de rigueur et d’efficacité. Tant et si bien que son pays le rappelle pour lui confier d’importantes fonctions. 

 S’ensuit une fulgurante carrière nationale : Directeur Général du Trésor (2005-2006) ; Directeur Général des Impôts (2006-2008 : tout en étant pendant 9 mois à la fois Directeur Général du Trésor par intérim) et Directeur Général de la Société des Télécommunications du Tchad (SOTEL-TCHAD) de janvier 2009 à juin 2010.

En même temps qu’il dirige ces régies financières, Tahir Hamid Nguilin siège ès-qualité comme administrateur représentant le Tchad au sein du conseil d’administration de la BEAC (2005-2007), membre du tout premier Comité de Politique Monétaire de la BEAC (2007-2009) et administrateur représentant le Tchad aux conseils d’administration des sociétés TOTCO et COTCO, les deux entreprises tchadienne et camerounaise chargées de transporter le brut tchadien sur le marché international. 

Auréolé de ses passages remarquables et remarqués à la tête du Trésor, aux Impôts et à la SOTEL, il se voit confier, en juin 2010, le poste de Vice-Gouverneur de la BEAC par la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC, sur proposition du gouvernement tchadien. Il cumule ses nouvelles responsabilités avec les fonctions de Vice-Président du Comité de Politique Monétaire de la BEAC, de Président suppléant de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC), de Président du Comité sous-régional de surveillance des systèmes de paiements et d’Administrateur de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC).

 

Ainsi, le retour de Tahir Hamid Nguilin à la maison « Beac » va durer six ans... Jusqu’en juillet 2016. Six années pendant lesquelles, il aura présidé l’essentiel des comités de pilotages des différentes réformes engagées par la BEAC après la crise qu’elle a connu en 2009. Et c’est surtout lui qui aura conduit les équipes de la sous-région qui ont engagé et finalisé les toutes dernières négociations avec le Trésor Français ayant abouti, entre autres, à la mise en place d’un taux de rémunération plancher du compte d’opérations logé conventionnellement au Trésor Français ainsi que l’ensemble des travaux et discussions avec la cinquantaine de banques commerciales de la BEAC qui se sont soldées par la création du GIMAC (Groupe Interbancaire Monétique de l’Afrique Centrale) en 2012 .

 

C’est en septembre 2016 que Tahir Hamid Nguilin rentre à nouveau au pays, et deux mois plus tard, en décembre de la même année, il est nommé Directeur Général de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT). 

 

Celui qui prend alors les rênes du fleuron de l’industrie pétrolière tchadienne dans un moment charnière, connaît bien le secteur. Car avant de représenter le ministère des Finances aux conseils d’administration de TOTCO et COTCO (entre novembre 2006 et juin 2008), il avait déjà, entre autres, siégé au Collège de Contrôle et de Surveillance des Ressources Pétrolières (CCSRP) durant dix-huit mois.

 

Il arrive à la tête de la SHT pendant que le secteur pétrolier fait face à une grave chute des cours du baril. Mais les défis, ce père de famille les adore et impulse déjà une nouvelle dynamique à la SHT. Sur sa lancée, il conduit les équipes de négociation de la dette contractée auprès de Glencore. Celle-ci sera restructurée avec succès et le satisfecit du FMI.

Dans le même temps, il conduit d’importants projets, , notamment la mise en production du champ pétrolier et gazier dont le premier baril de pétrole est attendu pour fin 2019.

En décembre 2018, c’est mission accomplie et il quitte la SHT.

 

Depuis le 30 juin  2019 , il est nommé  Ministre des Finances et du Budget de la République du Tchad. 

En savoir plus...

SEMINAIRE INTERNATIONAL  AFRITAC CENTRE

Les responsables de la Direction Générale des Services du Budget et celle du Trésor et de la Comptabilité Publique du Ministères des Finances et du Budget ont pris part au séminaire interrégional sur le thème "Optimiser la gestion des investissements publics".  Ce séminaire est organisé du 10 au 14 juin 2019 à Libreville (Gabon) par les centres Régionaux d’Assistance Technique du Fonds Monétaire International pour l’Afrique Centrale (AFRITAC Centre) et l’Afrique de l’Ouest (AFRITAC Ouest).

Il s’est agi de sensibiliser les acteurs de la gestion des investissements publics sur les principaux défis à relever en vue d’améliorer la gestion des investissements publics, dans la dynamique de développement des pays présents à ces rencontres.

Le séminaire a connu la participation des représentants des pays membres ci-après de l’AFRITAC Centre et de l’AFRITAC de l’Ouest : Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, République du Congo, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Tchad et Togo. De même, l’on a enregistré la participation du Djibouti, de Madagascar, des Comores et d’Haïti. 

Les représentants des pays participants proviennent des administrations financières nationales impliquées dans la programmation et l’exécution des dépenses d’investissement, y compris celles liées au partenariat publics-privé. Y ont également pris part, les représentants du Département des Finances Publiques du FMI, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, du Pôle-PNUD de Dakar, des Commissions de l’UEMOA et de la CEMAC ainsi que certaines organisations de la société civile. Les travaux se sont tenus autour de six (6) thèmes notamment :

· Évaluation de la gestion des investissements publics (PIMA) ;

· Planification des investissements publics ;

· Allocation des ressources aux projets d’investissement ;

· Suivi et comptabilisation des actifs ;

· Partenariats Publics-Privé ;

· Exécution des dépenses d’investissement public.

En savoir plus...

54 MILLIONS D’EUROS D’APPUI BUGÉTAIRE

Dans le cadre  du partenariat entre l’Union Européenne et le Tchad, une convention de financement relative au programme d’appui à la consolidation de l’Etat—phase3 (ACET3) a été signée le samedi 15 Juin 2019 à l’hôtel Hilton de Ndjamena. La cérémonie de la signature de ladite convention s’est déroulée en présence du Chef de la Délégation de l’Union Européenne au Tchad Monsieur BERTRAND SORET, du Ministre des Finances et du Budget Monsieur ALLALI MAHAMAT ABAKAR, du Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement et bien d’autres invités de marque.

Cette convention de financement d’appui budgétaire d’un montant global de 54 Millions d’euros qui sera versé au trésor public tchadien d’ici fin 2020, vise à renforcer la résilience et le bien-être des populations du Tchad, ainsi que la promotion de la croissance durable et inclusive. Il s’agit en d’autres termes de:

·  Renforcer la gestion et la transparence des    financespubliques, notammentl'efficacitéetl'indépendanceducontrôleexterne;

·  Assurerl'accèsdespopulationsàdesservicesdebasedanslesdomainesdelasécuritéalimentaire,delasantéetdelanutritionenlienaveclePlanNationaldeDéveloppement2017-2021;

·    Contribuer à la stabilité macro-économiquen promouvant ladiversificationéconomiqueetlacréationd'emploi.

En effet, le  décaissement  de  l'appui  budgétaire surla  période  2019et2020  estconditionnépar:

· lesprogrèssatisfaisantsdanslamiseenœuvreduPNDetdesréformesdanslagestiondesfinancespubliques;

·   lemaintiend'unepolitiquemacroéconomiquecrédibleetstable;

·    laréalisationdesindicateursde performancesenrapportaveclamobilisationdesressources,lamaîtrisedesdépensespubliques,l'indépendanceducontrôleexterne,lasantéet  nutrition,  lasécuritéalimentaire,laconsolidationdesbudgetssociauxetledéveloppementdusecteurprivé.

 Le chef de la délégation de l’Union Européenne au Tchad Monsieur BERTRAND SORET atteste que laconventiondefinancement quenoussignonsaujourd'huiinstitueletroisièmeappuibudgétaire detype«consolidationdel'État»financéparI'UE auTchad. Elles'inscritdansleprolongementd'un1erACET(2015-22M€)décidédansl'urgencesuiteàlacriseéconomiqueprofondefrappantlepays,pourdonner  des  liquidités  au  gouvernement  et  d'undeuxièmeACET,destinéàaméliorerlamiseen  œuvredespolitiquespubliques(GFP,santé,nutrition).

Lesappuisbudgétairesdel’UEtoujourssoumisàquatreconditions:larecherchedelastabilitémacro-économique, lamiseenœuvredespolitiquepublique  (PND),l'améliorerdelagestiondesfinancespubliquesetlatransparenceetredevabilitédelaplanificationetdelabudgétisation. Laréuniondecesconditionsdonneralieuaudécaissementde13millionsd'eurosen2019 ainsiqu'en2020,soit26millionsd'eurosautitredelatranchefixe. La tranchedite«variable»dontledécaissementestsubordonnéàl'atteinted'indicateurs,s'élèveà 12millionsen2019et12millionssupplémentairesen2020. Sitouteslesconditionssontremplies,c'estdoncunmontanttotalde50millionsd'eurosquiseraverséauTrésortchadiend'icifin2020,sansoublier4millionsd'eurosdemesuresd'accompagnementenappuiauxréformes, cequi portelacontributiondeI'UEà54millionsd'euros. 

 LacontributionattendueduTchadestdoncdes'investirpleinementdansl'améliorationdelagestiondesesfinancespubliquesetlamiseen œuvredesonPND.Lesindicateursconditionnantledécaissementdelatranchefixemettentquantàeuxl'accentsurdesservicesessentielsquelapopulationtchadienneestendroitd'attendre, telsquelasantéoulessecteurssociaux.

Le Ministre de l’Economie et de la Planification du Développement se réjouit de cefinancementqui varenforcer d’avantageleportefeuilledeprogrammesetprojetsdecettecoopérationdontlaqualitéetlesperformancesnesontplusàdémontreravecnotammentun  niveaud'engagementsetdesdécaissementsremarquables. 

Le Ministre a remerciéaunomdeSonExcellenceMonsieurlePrésidentdelaRépublique,Chefdel'Etat,ChefduGouvernement,etdecescollaborateurs,saisirl'occasionquilui estoffertepours’exprimertouteleursreconnaissanceàl'Unioneuropéenne,premierpartenaireduTchad,pourl'excellentequalitédecoopérationtechniqueetfinancièreavecnotrepays.

Quant au Ministre des Finances et du Budget Monsieur ALLALI MAHAMAT ABAKAR, il se dit satisfaisant de la signature de cette convent qui va aider une fois de plus les efforts du Gouvernement. Il remercie par la même occasion l’Union Européenne qui ne cesse d’aider le Tchad dans le cadre d’appui budgétaire. Le Ministre n’a pas manqué de rassurer les partenaires que le Gouvernement à travers le Ministère des Finances te du Budget est conscient de la nécessité de moderniser les finances publiques de leur mettre sur les rails de standard en matière de gestion des finances publiques. « Nous sommes en train de travailler pour la définition des nouvelles stratégies de développement et de la modernisation des finances publiques. 

C’est d’ailleurs dans ce cadre-là que l’ensemble de nos  partenaires trouveront de réponses à leurs préoccupations» a-t-il ajouté.   

S’agissant de la modernisation des finances publiques, le Ministère des Finances et du Budget  entend faire de sorte qu’il ait tout un dispositif nécessaire en vue de la mobilisation des recettes aussi que les finances publiques soient gérées dans la transparence, l’efficacité et l’efficience dans l’exécution de dépense. A cet effet, le Ministre des Finances et du Budget laisse entendre que : « l’efficacité de la gestion des finances publiques ne relève pas seulement que du Ministère des Finances et du Budget mais c’est une gestion qui relève de tous , à tous les niveaux des départements ministériels , les ordonnateurs , a les niveaux des comptables, pour un niveau standard de la gestion des finances publiques » a-t-il conclut.

En savoir plus...

Atelier d’information et de promotion du marché financier d’Afrique centrale

Le Secrétaire d’Etat aux Finances et au Budget a clôturé les travaux de l’atelier d’information et de promotion du marché financier d’Afrique centrale organisé par la Commission de Surveillance du Marché Financier de l’Afrique Centrale COSUMAF le jeudi 13 Juin 2019 à l’hôtel Hilton de Ndjamena. Placé sous le thème : Le Marché Financier et le Financement de l’Economie. Cet atelier a vu la participation de tous les représentants des pays membres de la COSUMAF.

Pour rappel, la COSUMAT est née de la volonté de la volonté des chefs d’Etat de la sous-région CEMAC de faire l’unification des marchés financiers un projet intégrateur de la CE- MAC, à travers la COSUMAT, le marché financier de la sous-région est donc placé au cœur de la stratégie de relance économique de la zone CEMAC.

En effet, la COSUMAF est un acteur de premier plan au regard de ses missions, mais aussi au regard des attentes des autorités de la CEMAC dans leur objectif d’édifier un Marché Financier à l’échelle régionale, capable :

  •   de favoriser la collecte de l’épargne longue pour l’orienter vers le financement des investissements productifs ;

  •   d’encourager la désintermédiation financière ;

  •   de réduire les coûts financiers ;

  •   d’assurer la diversification des moyens de financement ;

  •   de moderniser le système financier en vue de soulager la Banque Centrale des activités de financement.

  • En clôturant les travaux de l’atelier, le SE a souligné que l’unification du marché financier régional dans notre zone comportant un régulateur unique basé à Libreville(COSUMAF), une bourse de valeur basée à Douala (BEVEMAC) et un Dépositaire Central (transitoirement in-carné par la BEAC), émane de la volonté des Chefs d’Etats de la CEMAC. Lors de leur assise du 31 octobre 2017, sous la Haute Présidence de Son Excellence IDRISS DEBY ITNO, Leurs Excellences ont souhaité mettre à la disposition des économies de la sous-région un instrument de mobilisation de ressources durables et de financement désintermédié pérenne. Autant d’objectifs qui ne peuvent se réaliser qu’au moyen des efforts à consentir, afin d’asseoir durablement un développement harmonieux et stable du Marché Financier de l’Afrique Centrale. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’action forte et constante que le Gouvernement tchadien a toujours mené aux côtés des autres Etats en faveur de la COSUMAF et du marché financier. Le Tchad a été l’un des premiers émetteurs sur ce marché, par lequel il a pu lever des fonds importants en monnaie locale.

En savoir plus...

Discours de Monsieur le Secrétaire d’Etat aux Finances et au Budget, à la clôture du Séminaire sur le marché financier et le financement de l’économie, le 13 juin 2019 à N’Djamena.

Monsieur le Ministre du Commerce,

Monsieur le Secrétaire d’Etat à l’Economie et la Planification du Développement,

Messieurs le Président de la COSUMAF,

Madame le Secrétaire Général de la COSUMAF,

Messieurs les Commissaires de la COSUMAF,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions Communautaires et Internationales,

Messieurs les Présidents des Grandes Institutions de l’Etat,

Chers Acteurs du Marché Financier de l’Afrique Centrale,

Distingués invités, en vos rangs, grades et qualités respectives,

Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un réel plaisir d’être parmi vous ce jour, à l’occasion de la cérémonie de clôture du séminaire sur le marché financier et le financement de l’économie organisé par la COSUMAF, organe de régulation de notre marché financier régional.

 

Je voudrais avant tout souligner la haute portée du présent événement, qui consacre le démarrage d’une nouvelle phase de la vie d’une Institution importante dans le dispositif institutionnel de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale.

 

En effet, l’unification du marché financier régional dans notre zone comportant  un régulateur unique basé à Libreville (COSUMAF), une bourse de valeurs  basée à Douala (BEVEMAC) et un Dépositaire Central (transitoirement incarné par la BEAC), émane de la volonté des Chefs d’Etats de la CEMAC. Lors de leur assise du 31 octobre 2017,sous la Haute Présidence de Son Excellence IDRISS DEBY ITNO, Leurs Excellencesont souhaitémettre à la disposition des économies de la sous-région un instrument de mobilisation de ressources durables et de financement désintermédié pérenne.

 

L’on ne pouvait parler de marché boursier sans l’existence d’un régulateur  unique,chargé d’élaborer et de faire appliquer les règles dujeu et de veiller à la régularité des opérations effectuées. C’est dire l’importance du rôle de la COSUMAFdans le développement de notre marché financier.  

 

Excellence Mesdames, Messieurs,

 

Distingués Invités,

 

Il me plait de rappeler que la COSUMAFest une Institution Spécialisée de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale (UMAC), dotée d’une personnalité juridique, qui assure la tutelle, la régulation et le contrôle du Marché Financier Régional. Elle incarne les missions de puissance publique qui lui sont déléguées par les Etats, à savoir : 

 

-      veiller à la protection de l’épargne investie en valeurs mobilières ;

-      veiller à l’information des investisseurs ;

-      veiller au bon fonctionnement du marché. 

 

A ce titre, elle est investie de compétences très larges, dont celle de réguler les opérations d’appel public à l’épargne dans tous les pays de la CEMAC.

 

La COSUMAFest donc un acteur de premier plan au regard de ses missions, mais aussi au regard des attentes des autorités de la CEMAC dans leur objectif d’édifier un Marché Financier à l’échelle régionale, capable : 

 

-      de favoriser la collecte de l’épargne longue pour l’orienter vers le financement des investissements productifs ;

-      d’encourager la désintermédiation financière ; 

-      de réduire les coûts financiers ; 

-      d’assurer la diversification des moyens de financement ; 

-      de moderniser le système financier en vue de soulager la Banque Centrale des activités de financement.

 

Autant d’objectifs qui ne peuvent se réaliser qu’au moyen des efforts à consentir, afin d’asseoir durablement un développement harmonieux et stable du Marché Financier de l’Afrique Centrale.

 

C’est dans cette perspective que s’inscrit l’action forte et constante que le Gouvernement tchadien a toujours mené aux côtés des autres Etats en faveur de la COSUMAFet du marché financier. 

 

Conscient de l’importance du marché boursier et de sa régulation, le Gouvernement tchadien n’entend ménager aucun effort pour l’éclosion de cet instrument qu’il estime capable de participer efficacement aux stratégies du plan national de développement prôné par le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur IDRISS DEBY ITNO.

 

Le Tchad a été l’un des premiers émetteurs sur ce marché, par lequel il a pu lever des fonds importants en monnaie locale.

 

En plus des opérations d’émission réalisées par la suite par d’autres Etats, il convient surtout d’encourager le recours des opérateurs privés à ce mécanisme de levée de fonds, qui montrerait leur appropriation progressive de cet instrument créé pour les accompagner.

 

L’édification de ce mécanisme ne peut être possible que grâce à la convergence des intelligences et au travail de pionnier que certaines compétences des ressortissants de notre sous-région ont pu exercer.

 

Ainsi, Monsieur le Président de laCOSUMAF, Madame et Messieurs les Commissaires de la COSUMAF, je suis persuadé quant à votre capacité à hisser cette institution vers le haut au service de nos économies.

 

 

Excellence Mesdames, Messieurs,

 

Distingués Invités,

 

J’exprime ici toute la cordialité du Gouvernement et vous rassure de la disponibilité des autorités tchadiennes qui, comme à l’accoutumé, seront à votre écoute pour vous accompagner dans votre exaltante mission.

 

En effet, le défi de construction du marché financier demeure encore entier. Les chalenges à relever restent nombreux. Parmi ceux-ci, je pense notamment à la nécessité de :

 

-       dynamiser ce marché pour le rendre efficient ;

-       bâtir un Marché Financier unifié, moderne et efficient, conforme aux meilleurs standards internationaux.

 

Comme vous le voyez, beaucoup de travail reste à faire. La mise en place du Marché Financier Régional demeure confrontée à de rudes défis qu’il faut relever, afin que le cap des principaux objectifs qui lui sont assignés soit accompli. En cela, nous comptons sur votre expérience pour relever ce défi.

 

J’espère, en fin, que la place financière de N’Djamena a pu profiter pleinement des enseignements de ce jour, et que nos acteurs économiques solliciteront le marché financier régional pour le développement de leurs investissements.

 

 

 

Je vous remercie !

En savoir plus...

DISCOURS DU SECRETAIRE D’ETAT AUX  FINANCES ET AU BUDGET A L’OCCASION DE LA  SIGNATURE DE LA CONVENTION ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LA COTONTCHAD

 Messieurs le Représentant du Groupe OLAM International Limited

Messieurs les Représentants de la Cotontchad SN

Monsieur l’Inspecteur General des Finances

Monsieur le Directeur General du ministère ; 

Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux ;

Messieurs les Conseillers ;

Messieurs les Membres du comité technique ;

Monsieur le Président de l’Union Nationale des Producteurs du Coton du Tchad

Messieurs et Mesdames les journalistes

 

La cérémonie qui nous réunit ce jour c’est la signature de l’Accord de règlement Partiel de la dette reprise par l’Etat dans le cadre de la privatisation partielle de la Cotontchad SN.

Il s’agit de la dette des cotonculteurs établie au 31 décembre 2017 d’un montant de 6 680 476 207 FCFA. Cette dette, qui résulte de la gestion antérieure à l’arrivée du Groupe OLAM, avait été reprise par l’Etat à travers la convention de garantie et de reprise du passif signée en date du 14 janvier 2019.

En principe, il appartient à l’Etat de régler directement cette dette aux Cotonculteurs, mais par l’Accord que nous avons signé, Il est convenu entre les parties que OLAM, grâce à un prêt obtenu du système bancaire local, versera la totalité de la dette , soit 6 680 476 207 FCFA à la Cotontchad  qui s’engage à son tour de payer directement, immédiatement et intégralement les cotonculteurs.

Le remboursement par l’Etat se fera sur les impôts à payer par la Cotontchad.

Comme vous constatez, mesdames et messieurs il s’agit là d’un effort particulier et extrêmement important consenti par le Gouvernement du Tchad et particulièrement par le Président de la République S.E IDRISS DEBY ITNO en faveur du monde rural.

Dans son soucis permanent d’accroître le pouvoir d’achat de la population tchadienne et surtout des masses rurales, le Chef de l’Etat veut une relance forte de la filière coton pour que celle-ci crée des emplois, distribue des revenus et relancer la consommation nationale qui sont les gages d’une reprise économique solide.

Le paiement de cette dette des cotonculteurs arrive à bonne date en cette période des semis, il va certainement encourager davantage les paysans à s’atteler avec confiance aux travaux champêtres.

Nous souhaitons à la Cotontchad SN et à tous les Agriculteurs une bonne et féconde campagne agricole 2019/20

 

Je vous remercie

 

 

En savoir plus...

LE TCHAD REJOINT OFFICIELLEMENT LA MUTUELLE PANAFRICAINE DE GESTION DES RISQUES (ARC)

Le Tchad rejoint officiellement la Mutuelle Panafricaine de Gestion des Risques (ARC) le 29 Mai 2019 ceci après la signature du contrat par le Ministre des Finances et du Budget ALLALI MAHAMAT ABAKAR  et Mme LAM AÏSSATA Responsable programme de l'Afrique du Centre et de l'Ouest représentante de la Mutuelle Panafricaine de Gestion des Risques (ARC). Ce contrat permet au Tchad de se protéger des risques liés à  la sécheresse.

Pour rappel, La Mutuelle panafricaine de gestion des risques (ARC) est née en 2012 sous l’impulsion des ministres de l’économie et des finances de l’Union Africaine,  à la recherche d’un mécanisme financier permettant aux Etats africains de disposer rapidement de fonds de secours en cas de sécheresse afin d’assister les populations les plus vulnérables.

En effet, cette mutuelle  permet  l’assurance sur un principe mutualiste  :

1) Plus il y a de pays membres de l’ARC Ltd, plus le montant des primes d’assurance est réduit ;

2) La présence des pays de tout le continent permet de bénéficier de la diversité climatique pour obtenir les meilleurs prix auprès de la réassurance ;

3)Même lorsqu’un pays ne connait pas d’une sécheresse une année donnée, il a tout intérêt à rester membre de l’ARC Ltd, dans l’esprit de la solidarité panafricaine, mais aussi, parce que  les primes d’assurance viennent constituer le capital social de l’ARC Ltd. Le pays a donc des parts dans une entreprise financière africaine.

Au Tchad,  la tutelle de l’ARC est assurée par le ministère de la Production, de l'Irrigation et du Matériel Agricole.

Le ministère de l’Economie et de la planification du Développement joue cependant, un rôle important dans la participation du Tchad à l’ARC.

 

 

 

 

 

 

En savoir plus...
Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Blue Green Red Radian
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family